Aucun événement à cette date.

Partager ce site

Une joueuse de Paris Saint Cloud à la une sur le site de la Ligue Nationale de Volley

Rédigé le Vendredi 22 Mars 2013 à 23:02 | Lu 266 fois


A la peine en décembre dernier, le Stade Français Paris-St-Cloud a remonté la pente grâce à une série de neuf victoires de rang. Les coéquipières de Déborah Giaoui occupent même la quatrième place avant d'affronter Mulhouse, lors de la 22e et dernière journée de Ligue AF.


Une joueuse de Paris Saint Cloud à la une sur le site de la Ligue Nationale de Volley

Déborah, vous venez de grimper à la quatrième place juste avant la dernière journée. Ce serait dommage de s’arrêter en si bon chemin ?
Exactement. On joue une place inespérée. Notre objectif était d’être entre la sixième et la huitième place cette année. Mais on a eu une passe difficile, et en décembre la priorité absolue était de se maintenir. Mais ça s’est mis à bien fonctionner. Et maintenant on se retrouve à vouloir être quatrième. Quelle chance d’avoir cette opportunité ! Mais en même temps, on va jouer samedi un match sans pression.
 

Vous affrontez Mulhouse, le deuxième du classement…
Ce n’est pas l’idéal. Mais elles restent sur quelques contre-performances. S’il faut les battre une fois, ce sera cette fois-ci. Même si c’est une très grosse équipe, avec beaucoup d’expérience.
 

Cela vous a surpris de les voir perdre contre Albi ?
Oui. Mais elles ont aussi perdu récemment contre Venelles et contre Istres. C’est une équipe qui n’est pas très en confiance. Les pauvres ont eu deux blessées contre Albi (Lana Dabic et Tatjana Bokan, ndlr), même si l’une d’elles a pu revenir (Dabic), ça a dû être difficile mentalement.
 

A l’aller, vous aviez perdu 3-0. Mais les deux équipes semblent être dans de toutes autres dispositions avant le match retour…
Ce qui est étonnant, c’est qu’à l’aller on a mené dans chaque set, et même 24-19 dans le troisième, et pourtant on a perdu. Mais à l’époque, on était dans une spirale terrible, on ne gagnait plus un set (*), et ça s’est confirmé. Maintenant, c’est l’effet inverse. Quand on est menées, ces derniers temps, on arrive à remonter. C’est clair qu’on est beaucoup plus en confiance qu’en décembre dernier.
 

C’est la confiance retrouvée qui explique vos très bons résultats récents ?
Il n’y a pas de recette spéciale. L’équilibre, dans une équipe, c’est plein de petits détails. On s’entend très bien, il y a une très bonne ambiance, et c’est souvent le cas avec des victoires. Et puis, en début d’année, on ne jouait pas très bien ensemble.
 

Au début de la saison, l’Europe n’était pas un objectif ?
Non, je ne crois pas. Moi je pensais qu’on avait le niveau pour viser la cinquième place. Mais on a commencé par tout perdre ! Alors on s’est un peu ravisées. Mais le club a de grosses ambitions sur deux ans. Si on gagne ce week-end, ça aura été beaucoup plus vite.
 

Le but c’est d’être vice-championnes de France d’ici trois ans ?
C’est le projet annoncé par le club. C’est sympa. Ça montre que le club veut mettre les moyens, se mobiliser pour obtenir des appuis de la mairie. On a une équipe dirigeante très proactive. Et tout le monde serait très content si on pouvait être quatrième dès cette année.
 

Ce serait pour affronter Cannes…
C’est un peu tôt pour y penser. C’est un objectif, mais si on perd ce sera fini. C’est un peu tôt pour se projeter.
 

Personnellement, vous n’avez pas de regrets d’avoir quitté le beach volley ?
J’ai le beach dans le cœur ! Mais je n’ai pas de regrets parce que c’est ma partenaire (Mélody Benhamou, ndlr) qui a décidé d’arrêter. C’était un petit peu compliqué financièrement, avec la fédération. Mais j’ai repris la salle et ça se passe bien.
 

Et en plus vous jouez avec votre sœur, Rapaële…
C’est un plaisir sans nom ! Je souhaite à tout le monde de vivre quelque chose comme ça. Quand elle fait un gros point, elle me regarde, elle me fait un clin d’œil. Il y a beaucoup de complicité, même si on a beaucoup d’années d’écart, et on se soutient. Je n’ai jamais vécu ça !


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 6 Décembre 2018 - 16:13 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE CE SOIR !

Mercredi 10 Octobre 2018 - 09:48 Vacances et volley, ne font qu'un !